Biographie   
Démarche   
Création   
Projets   
Atelier   
   
  

  

Consentement





Entre en scène la question du consentement. Si l’interprète est si transformé•e par une chorégraphie, ne devrait-il pas y avoir un pouvoir décisionnel partagé, explicitement nommé et une communication ouverte tout au long de l’écriture chorégraphique afin d’assurer le renouvellement constant du consentement ? Dès lors, il me semble nécessaire de dénouer mes idées préconçues d’une chorégraphie tissée serrée et d’inclure la notion de consentement au sein même de la structure chorégraphique. Une chorégraphie peut-elle exister uniquement avec, grâce et au risque des choix émis dans le moment présent, avec consentement, par les interprètes ?

(À noter que je distingue chorégraphie et contexte de performance. Quand je parle de chorégraphie, je parle des corps en mouvement et en relation, dans le temps et l’espace. Par ‘contexte de performance’, j’entends tout le reste : paysages sonore et scénographiques, costumes, la dramaturgie, la durée, le lieu, l’espace et la relation au public)